Les 3000 visiteurs: pas pour cette année

J’avais espéré que Kingconv atteigne les 3000 visites sur une journée, mais il lui a manqué 25 visiteurs début décembre pour pouvoir le faire. Et désormais avec la « déprime » de fin d’année au niveau de l’audience, c’est râpé. Mais ce n’est que partie remise, l’année 2013 (pour peu que nous passions le cap du 21 décembre fatidique au monde d’après Nosferatu, PSY et les Mayas) sera pleine de projets intéressants pour Kingconv, Forexticket et Dauran en général.

Tout d’abord Kingconv.com va se faire faire un lifting et deviendra plus verdoyant. De nouvelles applications ou des anciennes redessinées pour Google Play et l’applestore devraient également voir le jour. Enfin avec l’embauche d’un administrateur système (rapide et compétent, il se reconnaîtra) et d’autres probables au niveau dev front, devraient donner un nouveau souffle et une autre dimension aux sites et applications de la société. Les ambitions des « boss » d’Irlande (en particulier) vont bon train.

En ce qui me concerne, j’avoue qu’après 1 an et demi de congé pour création d’entreprise, je n’étais pas forcément déjà prêt à passer à la vitesse supérieure. Certes je commence à être multi-tâche:

  •  Techniquement j’ai appris de nombreux langages et découvert de nouveaux outils
  • J’ai côtoyé de près ou de loin le monde du SEO, du design, du back-end et du front-end, d’android et d’internet
  • Administrativement, j’arrive à gérer le RSI, la TVA, les impôts et j’ai effectué un premier bilan de la société (malgré quelques nébuleuses que je ne comprendrais je pense jamais tel que le fonctionnement du RSI)

Dauran change de dimension

Mais voilà, pour moi, Kingconv n’a pas encore fait ses preuves et techniquement, je ne me considère pas comme un expert des langages PHP, CSS, HTML et autre java, javascript. Je dirais même plus que les petits jeunes qui sortent de l’école iraient 2 fois plus vite à faire ce que j’ai envie de faire. Et c’est d’ailleurs un poil agaçant d’avoir des idées à mettre en oeuvre et d’avoir l’impression de ne pas avancer comme il faudrait.

Je n’étais donc pas forcément prêt à passer à la vitesse supérieure. Il faut dire que, tant que je ne maîtrise pas, je n’ai pas suffisamment confiance en moi. Mais je sentais bien que la société Dauran et ses 10 ans d’expérience voulait passer à autre chose et accélérer le train. J’ai donc pris le train et commencer à embarquer une autre personne dans l’aventure. J’ai pris des bureaux externes pour accueillir ce petit monde et je vais tenter d’apporter mon expérience (pas si lointain) dans la gestion de projet et essayer de coordonner « l’usine » de Nantes et la machine à idées d’Irlande tout en continuant à apprendre et à m’intégrer dans ce monde qui me paraissait encore obscur et méconnu il y a 18 mois.

Il va falloir que nous mettions en place des méthodes de travail et de suivi de projet (grâce à SCRUM et à KANBAN) pour que tout le monde ait le même niveau d’information en fonction de sa position, de ses besoins et de ses souhaits (avec la petite particularité d’avoir 2 sites dont un à l’étranger). Il va falloir mettre des échéances, écrire, planifier et organiser tout ça pour que la sauce prenne, que certains montent en compétence quand d’autres devront apprendre à déléguer et tout ça pour que les projets aboutissent et les sous affluent.

Enfin bref (et finalement), des perspectives passionnantes, un poil stressantes mais  loin d’être insurmontables. En tout cas : super enrichissantes!!!


L’évolution de Kingconv.com (partie 2)

Mazette!! Tout ça de temps de passer depuis la partie 1 et le roi n’a même pas daigné donné de ses nouvelles….. Honte à lui!!

Et pourtant depuis la partie 1, il y a eu tellement d’eau qui a coulé sous le pont que l’on pourrait même dire que c’est à cause de ça que ce blog ne s’est pas mis à jour. A moins que ce ne soit par pure flemmardise…… On va dire que c’est à cause du boulot ;-p !!

En résumé, voilà tous les changements qu’il y a pu avoir sur le site.

1 – En façade : quasiment rien !!

Sur la forme du site, il ne s’est quasiment rien passé. Quelques fonctions, quelques titles, quelques pages ont été modifiées ou ajouter pour améliorer le SEO mais en dehors de ça, la structure et le design du site n’a pas bougé. Quelques bugs ont également été corrigés en mai-juin car le serveur plantait régulièrement : les pages se chargeaient trop lentement.

Par contre sur le fond, nous avons pas mal travaillé le SEO en essayant de se faire connaître et reconnaître via quelques sites de communiqué de presse mais également grâce à Liliane.

2 – L’effet boeuf de Liliane

LE gros coup de kingconv a été porté par l’entre-2 tour des présidentielles pendant lequel le buzz autour du convertisseur de votre salaire en unité Liliane Bettencourt a été très intéressant pour le site. La page qui a été twittée par Korben (que l’on remercie chaleureusement) a été repris et exploité par nombre de sites d’information en ligne (Le point, l’Humanité et même Le Figaro). Cela a apporté un nombre considérable de connexions sur la page (jusqu’à plus de 1100 connexions en simultanée). Autant vous dire que Kingconv en a bien profité!!! Et même si le soufflet est aussi vite redescendu, kingconv a gardé une part non négligeable de sa popularité auprès de Google.

Nombre de connexions simultanées sur la page de Liliane lors de la une du Point

Le pic sur le site de Kingconv lors du buzz Liliane

Nous avons essayé ensuite d’autres convertisseurs un peu décalés, comme celui du convertisseur d’heure de sommeil, une autre page par rapport aux revenus de Gina Rinehart (qui gagne pourtant 10 fois plus que Liliane dans le monde) ou encore sur l’introduction de Facebook en bourse. Mais là, ce fut le flop complet!! Comme quoi, un buzz, ça ne tient pas à grand chose (en dehors de l’idée), juste à un tweet bien placé et à des médias qui s’emparent du truc à un moment clef.

3 – Et la suite ……

Kingconv progresse donc tout doucement, tranquillement. Il va atteindre les 55 000 visiteurs uniques par mois d’ici fin 2012 contre 18 000 en janvier 2012. Mais souvenez-vous ce que disait le chef : « Patience, il te faudra avec Google! ». Et patience et adaptation, il faut avec Google car avec ces changements réguliers dans son algorithme, Google nous oblige à nous adapter continuellement. Même si les Pandas et autres Pingouins n’ont pas eu trop d’effets néfastes sur le site.

En attendant une grosse montée en puissance, Kingconv va bientôt faire peau neuve grâce à un redesign complet du site. Il va également chercher à améliorer l’expérience utilisateur en améliorant l’ergonomie.

Et on espère vous en faire profiter très rapidement.


L’évolution de Kingconv.com (partie 1)

Voilà 1 mois que la nouvelle version du site est en production? Après une petite campagne d’abonnements aux annuaires et de rédaction de CP, voici les premiers constats observés :

  • Avec la modification du nom du site à partir de sous-domaine par langue, le site kingconv.com s’est très vite positionné en première page de google sur le mot-clef  « convertisseur » et de tous ses dérivés.
  • Le nombre de visiteurs en France quotidien est déjà plus important que sur m-converter.
  • Sur les autres pays, pas de changement notoire pour l’instant (mais je ne fais rien pour, non plus).
Aux vues de ces résultats, pour l’instant, on peut donc en conclure 2 choses seulement :
  1.  C’est incroyable de voir comment les gens se trompent en essayant de taper « convertisseur » dans le moteur de recherche.
  2. Y a pas à dire : faut beaucoup de patience avec le SEO.


L’encodage UTF8

L’UTF-8 est un encodage permettant de gérer bien plus de caractères que l’ISO, limité à seulement 256. Il est universel et couvre aussi bien les caractères latins que cyrilliques, arabes, japonais…

Détecter et corriger les erreurs d’encodage

1 – Si vous rencontrez des caractères de ce type : ÀÁÂÃÄÅà áâãäåÒÓÔÕÖØòóôõöøÈÉÊËéèêëÇçÌÍÎÏìíîïÙÚÛÜùúûüÿÑñ

C’est que vos données sont bien encodées en UTF-8 mais qu’elles ne sont pas affichées comme tel (=> voir la partie « L’affichage de vos données« )

2 – Si vous rencontrez des “�” c’est que vos données ne sont pas encodées en UTF-8 (=> voir la partie « Les sources des données« )

Les sources de vos données

L’encodage et MySQL

  • Pour préciser au serveur que vous allez communiquer avec lui en UTF-8, exécutez cette requête directement après chaque connexion :  SET NAMES ‘utf8’

Exemple avec la préparation d’une requête :

$sqlutf= »SET NAMES UTF8″;
$reponse = $bdd->prepare($sqlutf);
$reponse->execute();

  • Pour la définition de vos colonnes de table, utilisez le plus souvent comme Interclassement : utf8_general_ci.

Vos fichiers aussi doivent être encodés

Encodez toujours vos fichiers en UTF-8.

En outre, vos fichiers ne doivent pas contenir de BOM. Ce caractère “invisible” spécifique à l’unicode est parfois ajouté en début de fichier par votre éditeur et peut être source de perturbations. En effet, bien qu’il s’agisse d’un caractère invisible il aura pour effet, par exemple dans un script php, d’envoyer et clore l’entête HTTP et débuter l’envois du corps de celle-ci.

  • ÉDITEURS WINDOWS
Komodo Edit

Configuration par défaut
Edit › Current file settings › Onglets “Properties” › Encoding (UTF-8). Décochez “Use signature (BOM)”

UltraEdit

Configuration par défaut
Advanced › Configuration › File Handling › Save. Décochez “Write UTF-8 BOM header to all UTF-8 files when saved” et “Write UTF-8 BOM on new files created within this program (if above is not set)”

  • ÉDITEURS OS X
Panic coda

Configuration par défaut
Coda › Preferences › Editor › Default File Encoding › Unicode (UTF-8)

Définition par fichier
Text › Encoding › Unicode (UTF-8)

TextEdit

Configuration par défaut
TextEdit › Préférences › Ouverture et enregistrement › Encodage › Unicode (UTF-8)

  • UBUNTU
Bluefish

Définition par fichier
Document › encodage des caractères › UTF-8

  • MULTI OS
Aptana Studio 3

Configuration par défaut
Aptana Studio 3 › Preferences › General › Workspace › Text file encoding › Other › UTF-8

Données externes

Il peut arriver que vous récupériez vos données depuis d’autres services et/ou de vos utilisateurs (formulaires). Il vous faudra vous assurer qu’elles soient bien en UTF-8.

function toUtf8($string) {     
 if ('UTF-8' != $encoding = mb_detect_encoding($string, mb_detect_order(), true)) {         
 $string = mb_convert_encoding($string, 'UTF-8', $encoding);     }     
 return $string; }

Cette fonction vérifie qu’une chaine de caractères est bien encodée en UTF-8 et, si tel n’est pas le cas, la convertie. Elle retournera donc toujours une chaîne encodée en UTF-8.

Pour les formulaires html il existe l’attribut “accept-charset”, cependant, comme tout ce qui provient du client est modifiable, je vous déconseille son utilisation. Préférez plutôt le passage des valeurs saisies à la fonction ci-dessus, cela demandera plus de ressource server mais vous serez sûr que les données reçues soient bien en UTF-8.

L’affichage de vos données

Maintenant que vos données sont stockées dans le bon format il vous faut les afficher correctement. Pour se faire il va falloir spécifier le charset utilisé.

Trois méthodes vont vous êtres expliquées. Voici l’ordre de priorité d’application du charset de celles-ci, de la plus prioritaire à la moins prioritaire :

  1. PHP
  2. Apache
  3. HTML

Apache

Si vous faites le choix d’utilisez exclusivement UTF-8, privilégiez autant que possible de définir le charset au niveau d’apache. Cela vous assurera un charset défini pour tous vos scripts.

Dans votre fichier httpd.conf ou dans un fichier .htaccess ajoutez/modifier l’instruction suivante :

AddDefaultCharset UTF-8

PHP

Si vous ne pouvez pas modifier la configuration d’apache d’une façon ou d’une autre vous pouvez spécifier l’encodage de cette façon :

header('Content-type: text/html; charset=UTF-8');

Notez qu’ici l’on spécifie un type text/html mais vous pouvez le modifier si vous désirer envoyer tout autre type de contenu.

HTML

Vous pouvez enfin utiliser une balise meta :

<meta http-equiv="Content-type" content="text/html; charset=UTF-8"/>

Attention, en html5 la syntaxe change :

<meta charset="utf-8" />


m-converter devient KingConv.com

Absent depuis quelques semaine, mon temps était consacré à une grosse modification effectuée sur le site m-converter.

En effet, après quelques jours de réflexion et un vote soumis à quelques personnes de nos entourages, le site a changé :

C’est un changement de stratégie radical même si l’architecture du site n’est pas modifié. On espère toucher les utilisateurs différemment.

Pour l’instant, forcément, l’audience baisse un peu. Il faut un peu de temps pour que Mr G. vérifie quelques petits trucs. Mais je vous promets de revenir dans quelques semaine pour vous donner les tendances.


Créer sa plateforme et son environnement pour développer une application

Pour pouvoir développer une application à mettre sur le marché Android, nous avons besoin d’une plateforme de développement.

Nous allons donc télécharger :

  • une environnement de développement intégré : Eclipse
  • un kit de développement : SDK
  • une interface entre le SDK et Eclipse : plug in ADT

1 – Préalable 

Vérifier que java est bien installé sur votre ordinateur. Si ce n’est pas le cas, téléchargez le (prendre le JDK de base)
2 – Eclipse

Téléchargez Eclipse  (prendre la version Classic)
3 – SDK

Téléchargez Android SDK  (en fonction de votre OS)
4 – Configuration Eclipse

  • Lancez Eclipse.
  • Sous  Help>Install New Software…., cliquez sur Add : Dans Name, mettez ADT Android et dans location mettez cette URL : https://dl-ssl.google.com/android/eclipse/ (le http avec ou sans « s »). Ensuite cliquez sur Next et Finish en passant outre l’alerte. Le PlugIn ADT est installé
  • Après redémarrage d’Eclipse, il vous est demandé de préciser l’endroit où se trouve le SDK. Si ce n’est pas le cas, allez dans Window>Preferences, cliquez sur Android et tapez dans SDK Location, le répertoire où se trouve le SDK Manager.exe (dans l’exemple il se trouve dans C:\Android\android-sdk-windows)
  • Dans Window>Android SDK Manager, installez les packages de la plateforme Android pour l’application que vous voulez développer. Toutes les plateformes que vous aurez installer viendront s’ajouter dans les Preferences (voir étape précédente).
Votre environnement est prêt…… Félicitation!!!

5 – Débugger ou exécuter son application dans l’émulateur ou le téléphone

Quand vous aurez fait votre première application, il sera nécessaire de la tester soit grâce à un émulateur via l’AVD (pour Android virtual device (affreusement lent!!)), soit directement sur votre téléphone Android.

  • Via AVD : Allez dans Window>AVD Manager. Cliquez sur New . Choisissez un Nom et une cible (la cible correspond à la version d’Android sous laquelle votre application tournera (ex. version 2.3.3 API 10 correspond à Gingerbread). Puis cliquez sur Edit AVD.

Pour lancez un émulateur, choisisssez un AVD Device et cliquez sur Start…. Laissez tourner cuire quelques minutes… C’est très très lent…..

  • Via le téléphone : C’est beaucoup plus simple!!! Et plus rapide !!!

– Sur votre téléphone, allez dans Settings\Application\Development (ou Paramètres > Applications > Developpement) et sélectionnez USB debugging (déboggage USB).

– Vous devez également autoriser l’installation d’application non Market sous Paramètres > Applications

– Branchez votre téléphone sur le port USB et lancez l’application (en mode debug ou en mode run). 

– Et c’est tout!!!!

……….Sauf si les pilotes de votre téléphone ne sont pas installés. Il faut alors les installer (exemple pour le Samsung Galaxy 2)


6 mois : premier bilan

Ca faisait un petit moment que je n’avais pas écrit: 3 semaines, c’est pas énorme mais pour un blog, ça fait beaucoup. La « fraîcheur » des informations dont on parle temps depuis quelques mois sur internet fait un peu défaut ici mais ce n’est pas le but de ce blog. Sinon,  à votre grand dam,  il y aurait un peu partout de la publicité qui polluerait votre champs visuel.

Voilà donc un peu plus de 6 mois que j’ai commencé ma nouvelle activité de « pied nickelé-geek » du web et autres activités annexes. Pour faire un premier constat, j’ai envie de parler de 3 choses : ma nouvelle activité en tant que telle, celle d’entrepreneur et la notion de sociale.

Mon job

J’adore mon nouveau « job ». Il est très riche et très diversifié. Je peux donc passer d’une chose à une autre sans jamais m’ennuyer: travailler sur le code, optimiser le référencement, découvrir un nouvel environnement (je me suis mis au « SDK Android »), suivre les nouveautés et apprendre tout le temps. Les seules frustrations que j’ai et qui ne se dissipent pas sont :

  • pour les sites : la croissance lente de l’audience…. Heureusement que « le chef » dit que c’est normal : « Beaucoup de patience, il te faut, jeune padawan!!! «  Sinon je pense que j’aurais craqué depuis belle lurette…
  • des fois, ne pas avoir assez de mains pour pouvoir avancer plus vite. J’aimerais bien être déjà dans 6 mois pour me dire :  » Ca, c’est fait et ça marche, l’idée était bonne ». Mais probablement que dans 6 mois, « la chef » dira : « j’ai une idée! » et j’aurais toujours pas assez de mains. C’est sans fin mais c’est bien!

Mon activité d’entrepreneur

Ce n’est pas le côté le plus intéressant en dehors du fait que tout dépend de toi (et encore je suis un peu privilégié de ce côté-là) : la paperasse, les obligations administratives, les impôts, la retraite….. C’est un peu trop compliqué et ce n’est franchement pas le plus palpitant. En France, on est obligé de passer par là mais, même en simplifiant les choses au maximum, il faut toujours faire attention aux échéances de paiement, aux arnaques et se débrouiller un peu tout seul car si on attend un conseil du banquier ou du comptable, on n’avance pas. Et il faut être assez bien organisé pour tout suivre…. Heureusement que, pour l’instant, je n’ai que ma petite personne à gérer…..

Ma sociabilité

Depuis toujours (je crois) et surtout avant que je ne me lance, on me reprochait de n’être particulièrement pas très sociable. Alors forcément, depuis que je suis seul à la maison pour bosser, on était en droit de se poser la question sur ma santé mentale. Si ça ne tenait qu’à moi, j’avoue que ça ne me poserait pas trop de problème. Mais j’avoue qu’il est nécessaire de ne pas s’isoler pour pouvoir avancer et échanger. J’ai découvert les réseaux sociaux que sont Twitter et Google+. J’y glane beaucoup d’informations sur mon nouveau métier et je commence à partager et à informer également (même si je me demande comment font certains qui donnent l’impression de passer 80% de leur temps dessus).

Ces réseaux sociaux ne font pas tout. Il est nécessaire d’échanger « pour de vrai ». Il existe de plus en plus de clubs ou d’associations qui aident les entrepreneurs à se retrouver pour échanger ou pour organiser des conférences. Il suffit de trouver celui ou celle qui vous convient. Je pense en avoir trouver une (Atlantic 2.0 à Nantes) mais je n’ai pas encore pris le temps d’y participer.  Si je prends exemple sur « le chef » (qui entre nous, devait être pire que moi niveau sociabilisation) et qui est embarqué dans ce rôle depuis presque 10 ans, je pense qu’il s’est fait plus de relations avec l’extérieur depuis qu’il travaille chez lui. Ce qui n’était pas gagné d’avance😉 Mais bon, quand on partage les mêmes passions ou les mêmes centres d’intérêt, on se retrouve finalement au même endroit.

En conclusion, je ne regrette pas du tout l’opportunité que l’on m’a offerte il y a 11 mois. L’avenir semble prometteur et passionnant. J’espère que les idées qui foisonnent prendront forme et fonctionneront. Ca n’a pas l’air trop compliqué à mettre en place mais ça va prendre un peu de temps et il ne faut pas se faire doubler.